Pages: [1] 2 3 ... 10
 10 
 le: 23 Janvier 2020 à 18:37:29 
Démarré par beatrice - Dernier message par dominique
        Les aléas de la vie de tout les jours peuvent facilement faire ressurgir les fantômes d'une enfance maltraitée.... Je me dois de vous narrer cette énième paragraphe de mon existence qui je le crois, renforcera ma conviction que jamais, je ne pourrai réellement sortir de ce brouillon qu'est ma vie. Pourtant, je croyais ce coup ci pouvoir fermer définitivement ce bouquin de ma maltraitance passée. Je suis en paix avec moi-même sur quatre vingt dix neuf % de tout ce qui compose mon existence. Seul reste un petit un % que j'ai cru il y a quelques jours de cela, atteindre.... mais la vie est cruelle et cela, je le sais depuis que je suis au monde...... je l'avais quelque peu oublié, mais elle me l'a rappelé.

Pour toutes celles et ceux qui ont put lire sur ce forum mon parcours chaotique dans la maltraitance infantile, vous devez savoir de quoi je souhaite parler mais, pour vous autres qui surfez depuis peu sur mon forum, je m'autorise a vous rappeler ce qui me ronge depuis si longtemps....  Je vous propose comme explication ce " copier collé " tiré de mon livre intitulé http://maltraitance-enfants.smfgratuit.fr/%20%20POURQUOI%20%20%20RECIT%20DUNE%20MALTRAITANCE%20INFANTILE-board-467-0.html qui est en libre lecture sur ce forum.

                                                                     *******************************

  ......Ce matin là, je suis réveillé par une dispute qui se passe entre papa et "l'autre". Mes frères et sœurs sont dans la chambre et se regardent bizarrement..... Ils semblent mal a l'aise et surtout, mes deux sœurs ainées. En bas dans la cuisine, papa ne cesse de répéter.....

"c'est impossible..... il est trop jeune pour ces choses là.... arrête d'inventer ! "

"l'autre" lui répond....

"de toute façon tu n'es jamais a la maison, tu ne vois jamais rien..... et puis, j'ai des preuves de ce que je dis.... tu as qu'a demander aux deux grandes....."
 
Après quelques instants de silence, papa appelle mes deux sœurs ainées. Elles ne descendent pas immédiatement et je surprends leur regard tourné vers moi....... je ressens leur mal être et je me demande immédiatement ce qu'il se passe. Je réfléchi pour trouver ce que j'aurais put leur faire, mais je ne trouve rien. Il est vrai qu'une de mes deux sœurs me soutient souvent moralement après que "l'autre" m’ait cogné dessus ou massacré....... Et la seconde frangine je sais qu'elle se fout pas mal de ce qu'il peut m'arriver. Quand elles sont dans la cuisine, j'entends "l'autre" qui leur dit...

"dites a votre père que c'est vrai..... que vous l'avez vu..... dites lui "

Presque aussitôt, la voix furieuse de papa résonne dans la maison....

" tais toi...... laisse moi parler"

ensuite, il pose une question a mes deux sœurs, question que je n'entend pas très bien mais ce que je comprends, c'est que mon prénom a été dit par papa. Qu'est ce que j'ai fait de mal ce coup ci ? Je réfléchi a en avoir des maux de tête....... A nouveau, la voix de papa retentit

"maintenant, dites moi si c'est vrai..... "

J'entends la voix d'une de mes sœurs qui dit.....

" Oui...... c'est vrai...."


Je commence a avoir peur. Qu'est ce qui est vrai ? Qu'est ce qu'il se passe ? Pourquoi papa a prononcé mon prénom ? Pourquoi on parle de moi ? Je n'ai pas le temps de penser plus loin........

"Dominique..... descends tout de suite"

C'est la voix de papa qui tonne au pied des escaliers. je regarde mon frère ainé qui pour la première fois depuis longtemps, baisse immédiatement les yeux. Lui qui d'habitude se moque toujours de moi quand il sait que je vais au massacre, ce coup ci son visage reste de marbre.
Mais qu'est ce que j'ai fait....... je n'ai pas volé d'argent...... je n'ai pas...... je ne sais plus...... je ne sais pas..... je n'arrive pas a réfléchir. Au fond de moi je sais très bien que je n'ai rien fait de mal et puis de toute façon, c'est papa qui m'appelle...... donc, je ne risque rien parce que lui, il ne me tapera pas pour rien....... J'entre dans la cuisine et tout de suite papa me demande

"qu'est ce que tu as fait a ta sœur ? "

je regarde mes deux grande sœurs..... une des deux pleure...... je regarde papa et je lui dit

"mais je lui ai rien fait....."

aussitôt papa me dit....

"non.... pas a elle....."

il me dit le prénom d'une de mes sœur plus jeune que moi. Immédiatement je dis a papa que je ne lui ai rien fait non plus. La voix de "l'autre" se fait entendre

" si.... c'est vrai.... ça c'est passé dans les wc...."

Je cherche "l'autre" du regard. Elle se tient debout dans son coin habituel près de la fenêtre. Elle ne me regarde pas....... je veux lui demander ce que j'ai fait mais la voix puissante de papa résonne dans la cuisine

"mais c'est pas possible..... c'est pas possible......"

Il ne cesse de répéter cette phrase en même temps qu'il m'entraine a la cave, puis vers les wc. je n'arrive pas a réfléchir et je ne comprends rien a ce qu'il m'arrive. Papa me hurle....

"montre moi..... montre moi ou......"

Je regarde la porte des wc sans rien comprendre et je ne réussi a sortir aucun son de ma bouche...... Qu'est ce que je dois montrer ? et puis, qu'est ce que je dois lui dire...... Qu'est ce qu'il m'arrive ?
Papa ouvre la porte des wc et me fait entrer a l'intérieur. Je regarde autour de moi...... quand soudain je vois que dans la cuvette des wc il reste des traces d'excréments. Je lui crie

"c'est pas moi papa..... c'est pas moi....."

En même temps, avec ma main, je frotte la cuvette des wc pour en faire disparaitre ces traces d'excréments qui semblent être le problème. Papa me sort les mains de la cuvette des wc tout en me disant

"je te parle de ta sœur"


Il répète cette phrase sans discontinuer......

Aujourd'hui, je ne me souviens plus très bien de ce qu'il c'est passé ensuite. Tout est confus dans ma tête. Je revois papa donnant des coups de poing dans les murs des wc.... je crois même qu'il pleurait.

C'est beaucoup plus tard, plusieurs semaines après cette terrible matinée que j'ai sut de quoi "l'autre" m'avait accusé....... "l'autre" et une de mes deux sœurs m'ont accusé de ........

désolé...... malgré une vie entière, j'éprouve encore du mal a mettre ces mots sur cette page. En couchant ce passage de ma maltraitance sur cette page, mes maux de tête sont présents. Permettez moi quelques jours........

                                                                            *************************  

..................... c'est très dur pour moi de mettre ces mots a votre lecture..... mais, sur ce que j'ai de plus cher au monde, sur ce qui a le plus de valeur a mes yeux, mes enfants...... Emmanuela, Rachel, Raphaëlle, Ludovic ainsi que mon épouse Odile, je jure que ce dont "l'autre" et cette sœur m'ont accusé, est faux. C'est un mensonge de leur part. Pour ma "frangine", je veux bien comprendre qu'elle n'avait pas trop le choix encore que.......  
Jamais je n'aurais put faire cela. Malgré tout ce que l'on m'a fait subir, jamais je ne..... jamais. "l'autre" avait cherché un moyen de me faire souffrir, de me détruire. Elle a espéré que papa me massacre..... peut être même, qu'il commette l'irréparable......  

et toi petite sœur dont je ne connais même pas le prénom, peut être que de ce jour là tu t'en souvient..... si c'est le cas, viens vers moi et dis moi que je ne t'ai jamais fait ce dont, "l'autre" et une de tes grande sœur m'ont accusé....... je devrais dire "tes deux grandes sœurs". Mais une des deux pleurait et seule une des deux a dit que c'était vrai....... Pour moi, celle qui pleurait a été autant coupable de mensonge que celle qui a parlé.  Viens quand tu veux petite sœur..... Je t'attends depuis plus de cinquante années...... c'est long......... j'ai besoin d'entendre de ta voix que je ne t'ai jamais rien fait de mal. Moi bien sur, je le sais que je suis innocent de ce dont l'on m'a accusé...... mais les autres frères et sœurs, pour moi, c'est important qu'ils sachent que toute cette histoire n'a été qu'un tissus de mensonges de la part d'une personne qui souhaitait ma mort. Petite sœur...... j'espère qu'un jour tu auras la force et la volonté de venir me voir.
Si j'ai pris la décision de réécrire mon livre et de le diffuser sur l'Internet ouvert a quiconque souhaite le lire, c'est en grande partie pour toi et personne d'autre. Tu sais petite frangine, j'ai appris toute ma vie a me passer de frères et de sœurs. J'ai bien essayé de renouer quelques liens avec certains de ces frères et sœurs que je suis censé avoir...... Même avec celui et celle qui m'ont fait souffrir quand j'étais môme..... Mais j'ai dut m'éloigner d'eux très rapidement parce que j'avais des envies de leur faire du mal....... pas de me venger pour ce qu'ils m'ont faits ! non..... parce que l'on ne se venge pas d'une maltraitance infantile..... mais on la vie au quotidien, années après années, mois après mois, jour après jour et bien souvent, quand des évènements comme Noël ou des anniversaires sont là, ma souffrance je la vis heure après heure. Depuis toujours, je refuse que ma date anniversaire soit fêtée....... mes enfants et mon épouse me souhaitent discrètement un sobre "joyeux anniversaire" et l'on passe a la veillée de Noël......
J'avais également renoué des liens avec une frangine, celle qui a pleuré ce fameux jour ou...... et malgré tout le soutien moral et autre qu'elle m'avait apporté quand j'étais môme, je n'ai pas réussi a continuer de la voir. Puis, j'avais tenté de renouer avec un plus jeune frère....... et le résultat a été le même. Je n'ai ressenti aucun sentiment fraternel envers eux. Je me suis éloigné d'eux pour toujours et jamais je ne souhaiterai les revoir.
Seule toi petite sœur dont on m'a accusé injustement de t'avoir fait....... je souhaiterai te voir. Même si ce n'est que pour quelques minutes, le temps que je puisse te regarder dans les yeux et te dire que c'est faux..... que jamais je ne t'ai fait quoi que ce soit de mal..... Ce jour là, "l'autre" voulait ma mort et je peux te dire que depuis quelques années, je sais pourquoi elle m'a autant détesté. je me suis fait aider par une psychologue....... oui, pendant longtemps j'en ai eu besoin pour éviter de me foutre en l'air avant l'heure...... Viens me voir petite sœur....... viens me voir.

Ce jour là, ce "fameux jour" comme je me plais a le nommer, "l'autre avec le concours de l'une des deux de mes soit disante frangines, m'ont accusé de viol sur ma petite sœur...........

Et c'est bien des années plus tard que j'ai appris cela par la bouche d'une assistante sociale.....  J'étais devenu un jeune homme et après avoir accusé le coup, lors de sa visite suivante, (elle venait me voir tout les six mois....)  j'avais posé des questions a cette assistante sociale. Elle avait répondu par la négative a toutes mes questions...... bref, elle m'avait dit que rien d'écrit n'existait sur cette affaire..... qu'il n'y avait aucune preuve de tout cela...... qu'ils avaient un énorme doute sur la véracité des dires de "l'autre"...... Elle m'avait même demander d'oublier toute cette histoire et de penser seulement et uniquement a construire ma vie...... Je l'ai écouté et je sais depuis bien longtemps que j'ai fait une erreur.
Pourtant, j'avais commencé a me battre pour obtenir la vérité. C'était dans la chambre d'hôpital ou papa se battait contre la mort..... j'avais abordé ce sujet avec lui et il m'avait répondu qu'il n'avait jamais cru "l'autre". Il avait voulu me dire quelque chose d'autre et d'un coup, il m'a demandé de laisser tomber..... Alors, je lui avait posé une autre question...... Mais ça, c'est une autre histoire.

Quelques mois après la publication de ce livre (2005) que je publie maintenant sur l'Internet, nous avions été victime d'un incendie criminel. Un cocktail molotov avait été jeté contre la porte d'entrée de notre appartement....... Je me suis toujours posé la question a savoir si c'était une coïncidence..... L'enquête n'a jamais aboutie..... mais il est vrai que jamais je n'avait parlé de la publication de mon livre, a la gendarmerie. Peut être que j'aurais dut..... On ne saura jamais.


                                                                    ******************************


 A l'époque de la réalisation de ce livre, j'avais pour les besoins de mes écrits, renoué un semblant de relation avec une des deux frangines concernée dans cette odieuse dénonciation. Après lui avoir expliqué ce que j'avais écrit sur cette histoire de viol dont on m'accusait, elle m'a dit

"Tu te trompes dominique. Ce n'est pas pour ça que papa nous avait fait descendre ce fameux jour...... "l'autre" t'avait accusé d'avoir introduit une épingle a nourrice dans le vagin de ....... jusqu’à la faire saigner. "l'autre" t'aurais ordonné de changer les langes de notre petite sœur et ce serait a ce moment là que tu a......."

Ma sœur n'a pas terminé sa phrase. Après un long silence elle m'a dit

"dominique.... je sais que tu n'as rien fait a ...... et moi, je n'ai jamais dit oui a papa. Je pleurais tellement....."

Ensuite, ma frangine m'a dit que c'était mon autre sœur qui avait confirmé a papa ce dont "l'autre" m'accusait. Puis, elle a rapidement commencé a changer de conversation.
Le plus monstrueux dans toute cette histoire, c'est que cette petite sœur a qui j'aurais fait du mal avec une aiguille....... Ce n'est pas vrai...... c'est même impossible car jamais "l'autre" ne me faisait changer les langes des petits..... jamais. Jamais je n'ai fait de mal a aucun de mes frères et sœurs..... je le jure. Cette petite sœur, ma frangine m'avait appris qu'au moment de ces soit disant faits, cette petite sœur avait a peine huit mois......
Vois tu petite sœur dont je ne connais même pas le prénom...... tu avais huit mois et moi, je te demandais de te souvenir de ces horreurs dont l'on m'accuse....... Si je connaissais ton prénom, un million de fois je l'aurais écrit sur cette page...... seulement voilà.... pendant toute la maltraitance que j'ai subi quotidiennement, mois après mois, années après années, "l'autre" ne m'a jamais autorisé a vous adresser la parole..... je n'en avait pas le droit. Et si je transgressait cette règle, je me faisait massacrer par "l'autre". Je n'avait pas le droit de vous parler et cela, quel que pouvait en être le motif.
Bien sur, au long de ma vie, j'ai réussi a glaner ça et là vos prénoms...... vous, mes soit disant frères et sœurs. Pourtant, je ne sais pas de laquelle de mes petite sœur dont il s'agit. Dans mes cauchemars, bien souvent je revois vos visages d'enfants et a mon réveil, a maintes reprises je me demande....... "c'est laquelle de mes sœurs qui croit que...... laquelle ? ".  Mais depuis quelques temps je l'avoue, vos visages s’estompent de mes pensées. Je dois faire de gros efforts pour me souvenir de vous...... suis-je bête au point de me refuser a vous oublier !! ce serait tellement pratique.....
De quelle autre saleté suis-je encore coupable ? Qu'es ce que tu m'a mis sur le dos ?....... Toi, "l'autre".... Quel est ton secret me concernant ?...... Pour avoir une haine aussi grande envers son propre fils.... Pour me détester autant, tu dois avoir un lourd secret que tu ne peux surement pas partager avec le commun des mortels.
Pourtant et malgré que je sais pertinemment que tu ne le feras jamais, il te faudra te confesser. Pendant de longues années, cette souffrance psychologique ne m'a jamais lâché. Tu as jeté sur moi une accusation de viol sur une de mes petite sœur..... Et cela me fait plus mal que tout les coups que tu a put me donner durant les longues années qu'a duré ma maltraitance...... durant des années, j'ai attendu que quelqu'un vienne un jour frapper a ma porte pour me dire que tout cela n'était que mensonge. Mais jamais personne ne vient ou ne viendra.  Une dernière fois, je te supplie petite sœur...... viens me voir. Tu es devenue adulte et tu as dut réfléchir a tout cela. Tu dois te douter qu'il y a du mensonge dans tout cela. Auras tu un jour la force de venir vers moi avant que je quitte a jamais ce monde ? C'est la dernière fois que je te supplie...... J'ai besoin d’entendre de ta bouche que tu sais..... je suis ton frère..... ton grand frère.  


                                                                 *****************************

Voila ce avec quoi je dois vivre depuis plus de cinquante années.... Alors, quand il y a quelques jours de cela, un évènement exceptionnel a fait que je me soit retrouvé devant deux personnes qui depuis, sont chères a mon coeur.... deux personnes qui m'ont proposés qu'elles peuvent peut être me faire rencontrer cette petite sœur.... Elles m'ont dites " peut être "...... mais pour moi qui suis persuadé de quitter ce monde sans pouvoir enlever cette immense tache que je traine douloureusement et continuellement avec moi, pour moi, ce "peut être " est devenu un moment d'espoir magique.

Mais voila.... les aléas de la vie font que bien souvent l'on reste incompris des autres. Pourtant, tout avait bien commencé. Une de ces deux personne a contacté cette petite sœur si chère a mon coeur, lui a donné mon lien d'un réseau social ou je suis présent, et lui a dit que si elle le souhaite, elle peut me contacter...... et bien sur, j’étais d'accord.  

Quelques heures plus tard en soirée, je reçois une demande d'ami que j'accepte immédiatement, sachant de qui il s'agit. Nous conversons par écrit via ce réseau social et au bout d'environ une vingtaine de minute, nous mettons fin a notre conversation. De quoi avons nous discuté..... de beaucoup et peu de choses. Bien vite je me rendais compte que cette personne avec qui je "conversais", semblait perturbée. Je me suis dit que si j'avais été a sa place, j'aurais également eu des difficultés a entretenir une conversation avec..... Oui, c'est vrai..... a l'instant ou j'écris, je prends conscience que pour cette personne, je ne suis ni plus ni moins qu'un étranger..... elle ne m'a jamais connu..... bordel, que c'est con la vie..... alors que moi, cette personne est ancré au plus profond de mon moi depuis plus de cinquante années..... je n'ai pas pensé a cela lors de ce moment si précieux ou nous étions en train de converser. Putain de vie de merde. mais bon..... Toujours est-il que nous devions nous rencontrer chez moi deux jours plus tard.
Le lendemain matin de cette entretien, je me réveille a cause d'une angoisse qui me fait battre la chamade a mon coeur. Il est cinq heure trente et rien n'y fait pour faire passer ce ressenti. Alors je me lève sans faire de bruit pour ne pas déranger le sommeil de mon épouse et je descends a l'étage, car je sais que là en bas, se trouve le remède a mes angoisses..... mon chien. De suite, mon loulou me regarde, se colle contre moi tout en me léchant la main et, le fait de pouvoir lui parler, fait que immédiatement, mes angoisses disparaissent  et les battements de mon coeur reprennent un rythme normal.
J'allume le téléviseur pour me changer les idées et bien vite, je me rends compte que rien n'y fait, je recommence a angoisser. A ce moment, je sais que je vais devoir utiliser mon deuxième remède...... écrire......  coucher mes mots sur une page, coucher mon ressenti sur ce même forum.....
Mais mon épouse dort et le pc est dans la chambre. Alors, je prends mon téléphone et sur un réseau social, j'y couche mes mots de crainte, d'angoisse, mes mots de joie, mes mots de doute. De suite cela me fait du bien. Ce ne sont que quelques lignes qui fournissent très peu d'explications aux personnes lambda. Mais celles et ceux qui connaissent mon parcours, y mettent quelques mots de soutien qui finissent par avoir raison définitivement de mon angoisse.
A son lever, mon épouse voit que je ne suis pas bien et de suite me demande si ça va.... elle n'est pas dupe.... quarante cinq années de vie commune avec un type comme moi qui traine un passé de merde.... Mais elle seule sait ce qu'elle doit faire quand je ne suis "pas bien". Je lui réponds que ça va, mais de suite elle me laisse tranquille et ne me pose plus aucune question. Elle me connais si bien. Elle sait que quand dans ma tête ça gamberge, seul le silence peut me sortir de mon brouillon de vie du moment. Heureusement qu'elle est là mon épouse sinon, il y a longtemps que......

Dans l'après midi sur ce réseau social ou j'avais mis ces quelques mots, je vois que les choses s'enveniment au sujet de mon texte.... La personne que je dois rencontrer dans environ 24 heure, y lance des écrits menaçants et illogiques..... je contacte immédiatement une des deux personnes qui subit ces écrits et lui conseille de supprimer ces derniers, car je ne souhaite aucunement qu'elle subisse ces propos haineux. La seconde personne fait de même. Vers seize heure trente, je constate que quelqu'un est en train d'écrire une réponse a mon texte. Vingt minutes plus tard cette même personne est toujours en train d'écrire.... alors, je prends la décision de supprimer mes écrits, car je pense qu'il s'agit de la personne que je dois rencontrer le lendemain. A dix sept heure quarante cinq, je reçois un message privé via un réseau social. Effectivement, je ne m'étais pas trompé. Il s'agit bien de cette personne que je souhaite rencontrer depuis si longtemps. Le contenu de son message est plus qu'explicite. Pour cette personne, je suis un moins que rien..... je n'avais pas le droit de faire allusion a ma maltraitance sur le réseau social..... Mais je n'avais pas le droit de l'empêcher d'y mettre ses écrits sur le sujet.... qu'elle ne voit vraiment pas en quoi elle peut  m'aider.... qu'elle aime "l'autre" plus que tout et qu'elle l'a toujours soutenue et qu'elle la soutiendra jusqu’à sa mort.... qu'il est temps que je consulte un spécialiste qui saura mieux m'aider, qu'elle ne pourra le faire.....  la plus pire des phrases a été celle ci..... si tu as vécu malheureux, c'est de la faute de ces deux voisines qui en dénonçant ta maltraitance aux autorités t'on fait enlever a ta famille.....
Bref, je lis un message venant d'une personne que je croyais être ma petite sœur et qui en fait, n'est plus qu'une étrangère.... ou alors, et cela j'en suis persuadé a ce jour, a toujours été une étrangère.

A son message, je lui ai répondu quelques mots, je lui ai dit....

" d'accord.... je constate que tu n'as rien compris.... c'est pas grave..... adieu."

Je n'avais mis aucun nom sur le réseau social et je n'en ai mis aucun sur mon forum. A quoi sert-il de mettre un nom.... un prénom.... Il s'agissait seulement d'un grand frère qui souhaitait dire quelque chose a sa petite sœur.... en mettant son regard dans le sien.... ce grand frère voulait lui dire ces mots qu'il a préparé et conservé au fond de son coeur depuis plus de cinquante ans..... des mots simples mais qui pour lui, sont d'une grande importance..... Il lui aurait dit....

" petite sœur.... sur ce que j'ai de plus cher au monde, mes enfants et mes petits enfants, je ne t'ai jamais fait de mal.... jamais "


 Puis il t’aurait dit....

" si maintenant tu le souhaite, nos chemins peuvent a nouveau se séparer.... ou n'en faire plus qu'un.... "


   Maintenant, je peux a nouveau te dire adieu pour toujours. car je sais qu'en fin de compte, tu n'as jamais été ma sœur... adieu pour toujours....
laisse moi seulement te dire, petite sœur que je ne connaitrai jamais, que depuis ce dix neuf janvier deux mille vingt, je suis en paix avec moi-même. Je ne ressens plus du tout cette tache en moi..... je me sens libéré de toutes ces fausses accusations que " l'autre " a pris plaisir a  me mettre sur le dos. Mais tu ne sauras jamais pourquoi je me sens libéré..... de toute manière, tu ne le comprendrai pas.



Pages: [1] 2 3 ... 10
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Ce forum protège les données personnelles en interdisant le référencement et la diffusion de ceux-ci. Ce forum protège les droits d'auteur en permettant à tout moment à un membre de signaler un contenu illicite auprès de l'hébergeur de fichier. Ce forum requiert d'avoir l'age minimum de 12 ans  XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Graphisme: Fussilet Page générée en 1.296 secondes avec 28 requêtes. Google a visité dernièrement cette page 08 Janvier 2020 à 06:10:21
Créer son Forum ~ Abus ~ © smfgratuit
Basé sur: SMF © Simple Machines LLC
 
   tout droits réservés a http://maltraitance-enfants.fr   CopyrightFrance: 9NTR1A5   Team: maltraitance enfants  
PR:0 PageRank #0 Plus haut que 10
  
Créer son Forum ~ Abus ~ © smfgratuit